Communiqué du Cercle gaulliste de réflexion politique et sociale (AMICIS)

13 décembre 2017

Nous félicitons le nouveau Président du Parti « Les Républicains » pour sa victoire sans appel.

Nous n’avions pas appelé à voter pour tel ou tel candidat à l’élection interne, qui ne nous concernait donc pas, d’un parti dont nous sommes totalement indépendants même si depuis de nombreuses années nous avions l’habitude de nous rallier, considérant que nous appartenons nous mêmes à la grande famille de la Droite Républicaine

Depuis que nous ne présentons plus de candidats aux grandes élections nationales, mais seulement à des élections municipales ou régionales, nous avons toujours soutenu – avec modestie car nous ne sommes plus tellement nombreux – les candidats présentés par la Droite ou le Centre. Et nous avons toujours combattu sans faiblir les extrêmes.

Nous ne sommes pas des défenseurs du « ni-ni » qui pour nous ne veut rien dire et lorsqu’un candidat de la Droite Républicaine ne se trouvait pas au deuxième tour d’une quelconque élection nous avons toujours prôné l’abstention et l’assumons sans regrets. C’est ainsi que nous vous avons appelé à vous abstenir lors du deuxième tour de la dernière élection Présidentielle.

Il n’était pas question de donner un chèque en blanc au candidat de cette République en Marche qui ne reflète ni de près ni de loin les valeurs du Gaullisme. Et nous n’admettrions pas qu’il s’en réclame sans que cela nous mette en colère. Son attitude lorsqu’il se rend à Alger est la preuve qu’il ne comprend pas les Français. Pire, qu’il ne les aime pas. Qu’il redresse le pays est tout ce que nous espérons et nous ne pouvons que souhaiter qu’il réussisse en ce sens.

Un Président de la République dont nous aimerions qu’il nous épargne ses bavardages généralement mal à propos. Tout comme nous ne supportons pas son entourage arrogant, prétentieux et suffisant qui sur bien des plans est loin d’être irréprochable. Rien n’a changé par rapport à ce que nous subissons depuis plusieurs décennies quant à la dérive morale, parfois l’affairisme et le clientélisme de nombre de nos élus et nous obligent à regretter le gaullisme. Et nous condamnerons sans appel n’importe quel responsable politique de n’importe quel parti qui n’aurait pas l’éthique que nous exigeons.

Nous ne cherchons plus à intervenir dans la vie politique et sommes devenus le plus souvent des spectateurs mais nous considérons que notre bulletin de vote en vaut bien un autre. Nous attendons de voir ce que le nouveau Parti Républicain va faire et nous positionnons comme de simples observateurs..

Nous saluons touts nos sympathisants et les remercions de leur soutien.

Et nous profitons de ce communiqué pour transmettre notre soutien à ceux de nos amis corses qui sont membres de notre Cercle, et en force dans notre mouvement si on tient compte de la faible population insulaire de cette partie intégrante de France. Nous n’avons pas oublié « le serment de Bastia » prononcé par ces corses qui durant la dernière guerre avaient manifesté leur volonté de rester Français et se sont engagés plus que d’autres dans la résistance et la libération de leur sol. Les sympathisants de notre Cercle n’ont pas voté dimanche dernier comme la majorité de leurs amis abusés par de belles paroles sans lendemain.

Et aussi longtemps que nous le pourrons et que vous nous soutiendrez, nous défendrons nos convictions gaullistes et républicaines.

Paris, le 13 décembre 2017

Le Secrétaire Général

Publicités

Campagne Présidentielle 2017 : Communiqué du 10 avril

11 avril 2017

Communiqué du 10 avril 2017

Nous assistons à une campagne présidentielle un peu folle, résultant de l’erreur qu’était l’organisation d’une primaire ouverte à tous les vents, et selon nous une machine à perdre. Un point de vue que l’on aura exprimé bien longtemps avant son organisation. Et où bien peu d’entre nous, les Gaullistes se seront déplacés pour voter. Car pourquoi militer, cotiser à un parti, tracter, mouiller la chemise si son adversaire peut venir polluer SA primaire. De quoi être démobilisés. Nous ne le sommes pas pour autant.

Une primaire où les candidats se seront ingéniés à se trouver des différences, voire des antagonismes, et ce jusqu’à la caricature. Ce qui n’aura servi qu ‘à diviser la Droite Républicaine, alors qu’il fallait la rassembler comme lors de chaque élection Présidentielle. A moins de croire qu’il faudrait copier les erreurs des socialistes. Pour mieux leur ressembler ? Cela ne semble pas leur avoir mieux réussi.

Les Gaullistes de notre mouvement demandent qu’on arrête de les assaisonner à toutes les sauces pour les plus mauvaises raisons. Et qu’on les oublie un peu en cessant de faire référence à une période et à un homme. En galvaudant ses idées, ou en se réclamant indûment de lui, et ce de façon indigne.

La candidate du Front National démontre que son parti n’est en rien apaisé, que ses idées se réclament de celles de son père, et que cette dédiabolisation dont on nous rebat les oreilles n’était qu’une imposture. Le Général de Gaulle n’avait jamais considéré que la rafle au Veld’Hiv de 13 000 citoyens présumés juifs, dont la plupart ont fini dans les chambres à gaz, était un Détail de l’Histoire. Cette candidate tutoie l’inacceptable avec ses paroles inqualifiables qui ne cherchent qu’à attiser les haines et les peurs. Nous n’avons rien, vraiment rien de commun avec elle, et elle reste pour nous INFREQUENTABLE. Jamais nous ne pourrions mettre un bulletin à son  nom dans une urne, quelle que soient les circonstances.

Le Général de Gaulle, qui avait permis au communiste Maurice Thorez, réfugié à Moscou, de rentrer en France, avait prôné la réconciliation au sortir de la guerre, se montrant hostile à une épuration aveugle, et déclarant qu’il faudrait bien faire une paix durable avec l’Allemagne une fois qu’elle se serait débarrassée des nazis. Montrant ainsi sa volonté de rassembler.

Il aura écrit que la France, à l’époque, était à Londres et qu’il n’était pas question de faire l’amalgame avec un régime de Vichy hautement coupable, qui avait pactisé avec l’ennemi. RIEN DE PLUS. Quand Jacques Chirac, en 1995, avait tourné la page d’une façon qui nous paraissait définitive. Et avait montré également la nécessité de rassembler tous les citoyens. Car il ne faudrait pas confondre législatives et présidentielle, et celui qu’on élira doit être le Président de tous les Français.

C’était sans compter sur Madame Le Pen, sur Monsieur Macron qui nous a gravement déshonoré à Alger, sur Monsieur Dupont-Aignan qui parle sans savoir de ce qu’il ne connaît pas pour ne l’avoir jamais appris, et de beaucoup d’autres qui se référent au Gaullisme, par mode, ou par ce qu’ils s’imaginent que cela peut servir leurs petits intérêts méprisables. Combien de candidats se montrent ainsi toujours prêts à se réclamer d’une philosophie dont ils ne savent rien, qu’ils n’ont jamais comprise et ne comprendront jamais.

Le Général de Gaulle n’était pas un homme providentiel mais il avait simplement su fédérer autour de lui de nombreux français qui n’avaient pas toujours les mêmes idées. Le contraire de ce qui se passe en ce moment.

Paris, siège du Cercle, le 10 avril 2017

Au lendemain du deuxième tour de la primaire de la Droite et du Centre !

28 novembre 2016

Hervé ALOT-MATIGNON,  Secrétaire Général Adjoint écrit :

Au nom de tous les membres du Cercle gaulliste de réflexion politique et sociale, je me réjouis de l’organisation de cette Primaire.

Félicitations à François Fillon pour sa belle victoire. On sera derrière lui pour concrétiser celle de 2017 !

Amitiés à Alain Juppé et à nos amis de « FRANCE MODERNE ». Ils sont toujours et plus que jamais de la famille.

Amitiés à tous les candidats, à tous ceux qui n’ont pas pu y participer. Remerciements à tous nos compagnons qui sont allés donner un coup de main dans les bureaux de vote.

Rassurez vous, je n’oublierai pas de transmettre nos amicales salutations à Madeleine de Jessey !

A bientôt

l’AMICIS ou Cercle Gaulliste de réflexion politique et sociale change d’hébergeur !

4 septembre 2016

rentrée 2016

Notre site internet va changer d’hébergeur. Nous vous retrouverons bientôt sur notre site lorsque de nouvelles dispositions auront été prises courant novembre.

Notre Blog reste fidèle à WordPress.

A bientôt

Les gaullistes de l’AMICIS vous souhaitent une bonne et heureuse année 2016 !

1 janvier 2016

l'amicis vous souhaite bonne année

le 9 novembre 1970

9 novembre 2014

Charles_De_Gaulle

l’AMICIS et les municipales 2014

8 mars 2014

COMMUNIQUE

Les Gaullistes historiques de l’AMICIS, Cercle gaulliste de réflexion politique et sociale, partagent de moins en moins d’idées et de valeurs avec les partis qui brigueront vos suffrages lors des municipales de Mars.

Notre famille la plus proche est néanmoins la Droite Républicaine, et nous avons accepté de figurer, lorsque nous étions sollicités, sur des listes UMP, UDI, Nouveau Centre, Radicaux de Droite, à l’exclusion du Front National ou d’un parti de gauche.

Nous avons accepté de rejoindre des listes de Droite, lorsque nous avions des affinités ou lorsque nous estimions que le chef de file ou ses co-listiers étaient des hommes intègres et de haute valeur morale.

Nous n’avons rien négocié, rien demandé, rien imposé. A partir du moment où nous serons sur une liste nous respecterons notre chef de file, nous réservant le droit de nous abstenir si nous le jugeons nécessaire et donnerons notre avis sans en faire un motif de conflit mais sans accepter que l’on nous impose quoi que ce soit.

Nous aurons un peu moins d’une dizaine de candidats à Paris  et un peu plus en Province. (Bretagne, Alsace, Vendée, Pyrénées Orientales).

Prions pour le salut de la France, actuellement entre les mains des Hollando, Verdatro, Bolcheviks

Vive la république, vive la France

degaulle-photo

Bienvenue

30 avril 2013

L’AMICIS, Cercle gaulliste de réflexion politique et sociale,  vous souhaite la bienvenue !

mémorial charles de gaulle amicis